Le peuple Wayuu

Claude, Liliane, mars 2017 8 mn fr

cet article a été écrit en 2017 par Crear escuela

Temps de lecture estimé : 8 mn

LE PEUPLE WAYUU

Wayuu, en langue wayuunaiki, signifie « la personne ». L’étranger métis ou blanc, qu’il soit colombien ou d’une autre nationalité, est un « al’ijuna », « celui qui frappe loin et fort » (celui qui a l’arme à feu) . Les Colombiens appellent généralement les Wayüu « les Guajiros ».
Ils sont plus de cinq cent mille, répartis dans la Guajira colombienne (400 000) et dans celle vénézuélienne 100 000), ainsi que dans les grandes villes proches de la péninsule (Maracaibo, Baranquilla, Santa Marta essentiellement).
Ils constituent le peuple amérindien le plus important de la Colombie et du Venezuela. A titre de comparaison, les Khogis, peuple de la Sierra Nevada toute proche et beaucoup plus connu de par le monde, ne sont guère plus de trente mille.
La société Wayuu est traditionnellement constituée en clans associés à la lignée maternelle, ils représentent « é’riku », « la chair », l’apport de la femme associé à la terre. L’homme apporte le sang, associé à la pluie qui féconde la terre. Il y a à peu près trente clans, tels Epieyuu, Uliiana, Pushaina, Epinayuu, Apüshana,…

LEUR HISTOIRE

Leur langue les rattache à la famille linguistique Arawak, peuple ancien (entre 5 000 et 3 500 ans) issu de l’Amazonie. Ils occuperaient la Guajira depuis plusieurs centaines d’années, en tout cas bien avant la Conquète (1499, arrivée des Espagnols en Nouvelle Grenade, aujourd’hui la Colombie). Guajira habitée par d’autres peuples depuis 2 500 ans telles qu’en témoignent des restes de poteries.
Longtemps chasseurs pêcheurs cueilleurs, ils empruntent à l’occupant espagnol l’activité de l’élevage (ovins, bovins). Opposés à toute intrusion sur leurs territoires, ils commercent avec les ennemis des Espagnols, y compris les pirates (hé oui, les Caraïbes !), échangent l’asile côtier et la nourriture contre des armes et des chevaux, s’allient avec, et même intègrent, les esclaves africains en fuite. Le 2 mai 1769 ils écrasent l’armée de la couronne espagnole. Ils acquièrent ainsi une réputation de peuple autonome et belliqueux, peu accommodant avec l’étranger, vivant de trafics et de contrebande (ce qui est loin d’être faux).
Depuis une bonne quarantaine d’années la société Wayuu connaît des évolutions importantes dues à plusieurs facteurs dont, pour les plus déterminants, la scolarisation avec l’accès aux savoirs dits de base (lecture, écriture) mais aussi plus étendus (y compris en études supérieures pour encore une minorité), les évolutions techniques, les déplacements forcés ou volontaires, la découverte et l’exploitation de gisements miniers (charbon), de gaz et de pétrole, l’assèchement des ressources en eau, les contaminations diverses, les violences armées (Armée, paramilitaires, maffias, Farcs).

LA LANGUE, LE WAYUUNAIKI

Langue orale elle est maintenant aussi écrite, enseignée avec l’espagnole dans les écoles élémentaires où la très grande majorité des enseignants est d’origine wayuu.
Waapïn wanee anüikii wattaje’ewolu
shia’alakalü ayaawatüin soo’u tia tü mejiwa’alaakalü aa’in
en espagnol puis en français :
Escuchamos una voz de ljanos lugares
que solo entiende el corazón sereno
Nous écoutons la voix des lieux lointains
que seul entend le cœur serein
Parmi les écrivains et poètes les plus connus : Vito Apushana, Miguel Angel Lopez Hernandez, Estercilia Simanca Pushaina, Vicenta Siosi, Jose Angel Fernandez Silva, Miguel Angel Jusayu.

L’HABITAT

Il est constitué en rancherias, ou unités de résidences : quelques dizaines d’habitations semblables, dispersées sur un territoire de plusieurs dizaines d’hectares. Chacune des rancherias porte un nom propre. L’habitation traditionnelle est généralement bâtie en bois et pisé, de plus en plus fréquemment en parpaings de ciment, les toits sont recouverts de chaume ou de tôle ondulée.
La maison dune famille cellulaire : elle est souvent constituée d’une pièce unique de 15 à 20m2 à l’intérieur de laquelle sont suspendus les hamacs, elle est l’espace pour dormir. A proximité immédiate, une cuisine, sorte de cabane de bois et tôles. Le feu repose à même le sol entre trois pierres. Parfois, une habitation supplémentaire pour accueillir ou simplement pour donner plus d’aise aux enfants qui grandissent. L’ombre de l’arbre qui jouxte l’habitation est le lieu d’accueil, de repos en journée. Un peu plus loin un ou deux enclos pour parquer la nuit brebis et chèvres. Parfois une tentative héroïque de plantation - un manguier par exemple – qui s’il n’est pas mangé par les chèvres l’est par la sécheresse.
Les espaces collectifs : un bâtiment ouvert sur ses quatre côtés pour les réunions, une école élémentaire (une ou deux classes), un réservoir d’eau alimenté par les camions de la ville la moins éloignées, parfois un ou deux puits avec moulin à vent. Les rancherias les moins éloignées des villes reçoivent parfois l’électricité.
La gestion des ordures, avec l’abondance des sacs et objets divers en plastique, est devenue un problème.

DE QUOI VIVENT-ILS ?

- De l’élevage
Les Goajiros sont éleveurs. Les bovins ont une très grande valeur mais restent en nombre limité, vu les conditions climatiques. Le cheptel est donc essentiellement ovin et caprin. Il y a aussi les ânes et, mais beaucoup moins qu’avant, les chevaux qui sont de plus en plus remplacés par les camionnettes. Enfin, vivant en liberté dans la rancheria, poules et coqs, cochons noirs. Le bétail fournit viande et lait pour la consommation quotidienne, il sert aussi de valeur d’échange et peut être vendu aux marchés de Riohacha, Uribia ou Maicao. C’est aussi au marché que le goajiro se fournit en aliments de base (beaucoup de riz, mais aussi maïs), tissus et vêtements, outils, armes, etc.

- De la pêche
Avec des « lanchas », barques en bois pour un ou trois hommes, propulsées à la rame, parfois avec de petites voiles carrées, équipées d’un moteur 16CH pour les plus grande. La pêche se pratique généralement de deux heures à onze heures du matin.
L’agriculture
D’avril à mai pendant la saison des petites pluies, en septembre ou octobre lors des plus grandes, chaque famille plante maïs, manioc, melons, courges, pastèques. Chaleur et pluie accélèrent la poussée. Si la récolte est bonne, ce qui est de moins en moins le cas au fil de la dernière décennie, c’est la grande fête.

- De l’artisanat
Pratiqué par les femmes qui tissent au crochet les « mochillas », magnifiques sacs de laine aux motifs et couleurs qui « racontent des voyages », ainsi que des hamacs, sur des métiers très rudimentaires pendus dans la maison, et dont la réputation est maintenant internationale (plusieurs mois pour une fabrication).
La contrebande
En sens unique du Venezuela à la Colombie. L’essence, évidemment, presque gratuite au Venezuela, mais aussi une foultitude d’articles de consommation courante (produits ménagers, outils, cosmétiques, alcools, vêtements d’origine chinoise,…) que le Venezuela importe en grandes quantités et qui sont vendus, sur son territoire, à des prix très bas, en Colombie deux à trois fois plus chers. C’est ainsi que Maicao, ville colombienne à douze kilomètres de la frontière, est le haut lieu de tous les trafics.

- De la chasse
Aujourd’hui très peu pratiquée, mais qui garde une grande valeur symbolique et un fort prestige. Le gibier se fait rare, réduit aux lapins et quelques espèces d’oiseaux. Pour des raisons liées au chamanisme et à la médecine traditionnelle : les serpents, les gros iguanes, les putois.

- De la contrebande
Principalement d’essence, qu’ils "importent" du Vénézuéla et, avant la grande récession que connaît maintenant ce pays, de produits manufacturés en Chine et en Inde.

- Du travail dans des institutions (ONG, par exemple) et des entreprises de l’agro-alimentaire (bananeraies, palmes) et de l’extraction minière comme
la grande mine El Cerrejon.

L’ORGANISATION SOCIALE

La société wayuu est organisée en clans matrilinéaires (à ne pas confondre avec le matriarcat) non exogames. A chaque clan est associé un animal totem. Il en existe environs une grande trentaine qui se répartit très inégalement sur toute la péninsule, plus nombreux dans toute la basse Guajira région semi-désertique.
Il y a des clans pauvres, la plupart, et des clans riches, qui sont politiquement très influents. Mais les clans perdent peu à peu de leur importance sociologique et politique au profit d’unités matri-lignagères dont le nombre d’individus est plus restreint. Par exemple la Cachaca 3 qui, il y a encore peu, appartenait au clan Wouliyu et dont le totem est le guépard.
Les Wayuu continuent de se plier à une règle de résidence matrilocale : un jeune couple s’installe très généralement dans le lieu proche de l’habitat de la mère de l’épouse. La femme est donc rattachée à son matrilignage alors que l’homme peut être éloigné du sien. L’homme peut être polygame, avoir jusqu’à trois femmes s’il est riche. Il doit partager son temps entre ses épouses qui, c’est souvent le cas, habitent à de grandes distances les unes des autres. Cette polygamie tend toutefois à se restreindre sous la poussée des conditions de vie moderne.

LA COSMOGONIE, LES MYTHES ET LEGENDES

D’une grande richesse, La cosmogonie Les Wayuu sont traditionnellement chamaniques et n’observent pas de rites religieux. Les missionnaires (Jésuites et surtout Capucins) ont introduits l’école et l’enseignement, nombre de collèges secondaires et lycées sont catholiques. Depuis une petite dizaine d’année les Evangélistes prennent un fort ascendant.
Les Wayuu accordent une très grande importance aux rêves. Les livres de Michel Perrin, ethnologue, « Le chemin des Indiens morts », écrit dans les années 70 et paru chez Payot, ainsi que « Les praticiens du rêve », écrit en 1990 et paru aux éditions PUF, sont remarquables à ce sujet comme sur celui de la tradition orale et des mythes. Nous reviendrons sur toutes ces questions dans un article spécialement consacré aux mythes, légendes, ainsi qu’au chamanisme. Elles sont d’une grande importance pour qui veut entrer dans une relation qui ne s’arrête pas à la recherche de l’exotisme ou du tourisme et qui plus en est dans le projet « crear escuela - faire école » qui est le nôtre.

« L’enfermement ». L’adolescente goajiro est soumise à un rite de passage. Dans l’attente de ses premières règles et pendant les semaines et mois où celles-ci font leur apparition, elle doit vivre recluse. Cette réclusion pouvait autrefois durer un an et plus. Elle s’est aujourd’hui assouplie mais peut encore s’exercer sur plusieurs mois. Ainsi dans le très beau film documentaire de Priscila Padilla, tourné sur plus d’un an dans la rancheria Karequishimana avec Pili, toute jeune fille de douze ans : « La eterna noche de doce lunes » (L’éternelle nuit des douze lunes). Cette initiation, qui à nos yeux peut apparaître comme une violence inadmissible, est dans les faits un temps d’apprentissages. Ceux liés au corps féminin, avec les menstruations, les soins ; ceux liés aux récits fondateurs et légendes ; ceux liés au travail du tissage. Si autrefois il trouvait son achèvement dans le mariage, il n’en est plus de même aujourd’hui avec la volonté, pour beaucoup de jeunes filles et leurs mères, que des études puissent se poursuivre dans un établissement secondaire de la ville la plus proche, et auquel cas en internat, mais aussi en faculté pour quelques-unes.
Les garçons quant à eux ne subissent ni rite de passage, ni pratique initiatique.

le chemin des indiens morts

Comment sommes-nous arrivés à rencontrer la Guajira et la Cachaca III ?

Nous avions demandé à nos amis de Bogota s’il était possible de vivre quelques jours, une semaine au plus, dans une rancheria Wayuu. C’est grâce à l’un de leurs amis, Javier, que les choses ont pu se faire. Javier était devenu l’ami d’une famille wayuu, suite à une aide qu’il avait apporté lors d’une inondation en saison des pluies. Ce « parrainage » est indispensable si l’on veut échapper au traditionnel circuit de trois jours organisé par une agence de voyage, avec virée en 4x4 et inévitable repas de langouste dans une rancheria spécialement destinée aux al’ijunas. C’est ainsi que nous avons pris l’autocar Santa Marta – Riohacha, en spécifiant au chauffeur qu’il devrait nous arrêter à une vingtaine de kilomètres avant la ville de Riohacha, quand une femme Wayuu postée au bord de la route lui ferait signe.
Effectivement, Clarena nous attendait, avec Cesar son mari et l’un de leurs fils, lequel agitait un drapeau colombien noué à un manche de balai.
Accolades, étonnement de nous rencontrer, plaisanteries sur l’instrument du signal, et nous voici cheminant, sacs aux dos et pendant quelques kilomètres, sur la piste conduisant à La Cachaca tres.
On nous avait prévenus : les Wayuu sont très pauvres. C’était vrai, pauvres ils le sont mais pas misérables, au contraire ! joyeux, heureux d’accueillir, sans ostentation ni falbala, sans se précipiter non plus pour lier relation. On nous installa nos hamacs sous l’arbre à quelques mètres de la maison, c’était encore la saison sèche (février 2013) et l’auvent communautaire était en reconstruction. Les enfants, du plus petit d’à peine deux ans au plus grand de treize, nous observèrent puis, très vite, engagèrent l’approche par des jeux. L’enclos des chèvres tout proche favorisait l’échange, il est leur domaine car ce sont eux qui, à chaque fin de journée, sont chargés d’y faire entrer les bêtes.
Nous avons vécu six jours dans ce petit territoire qu’est une rancheria : les maisons dispersées, le réservoir d’eau potable et la petite école toute proche, quelques arbres, les cactus et épineux tout autour, le sentier conduisant à la lagune et à l’océan, la piste menant à la grande route. Et puis le sable partout, le ciel tour à tour d’un bleu profond puis très vite chargé de lourds nuages mais jamais de pluie, le vent et ses bourrasques soudaines emportant les sacs en plastiques qui jonchent le sol, les poules perchées dans l’arbre, les chiens maraudeurs, le petit chat, le bruit incessant de l’océan là derrière la dune,… Les nuits. Ah, les nuits de la Guajira ! Nous, blancs et étrangers, nous pouvions dormir dehors, les esprits fantômes ne s’intéressent qu’aux Goajiros. Nous avions été subjugués par l’immensité des ciels étoilés du désert d’Atacama au Chili, nous les retrouvions ici, somptueux, chargés de ces millions d’étoiles que nos nuits urbaines et péri-urbaines nous cachent.
Soit dit en passant, les trois premières nuits en hamac ne sont pas de tout repos. Si les deux premières heures peuvent être sereines, le besoin de changer de position, les contractures dans les jambes voir même les crampes, le froid qui peu à peu s’insinue, tout cela devient peu à peu une petite torture. Quatrième et cinquième nuits furent meilleures, on peut donc espérer qu’au bout de quelques semaines l’habitude est prise, nous le vérifierons quand nous reviendrons en novembre 2014.
Au troisième jour s’est passé un petit évènement. Les parents de Clarena sont venus avec elle et César s’installer sous « notre » arbre » pour passer l’après-midi. La maman était avec son ouvrage : les pelotes de laine et le crochet pour une mochilla en fabrication. Liliane a alors passé commande de deux mochillas. Conversations, plaisanteries, questions sur la France, et nous voici entrés dans la famille : les jeunes sœurs de Clarena, une tante, d’autres enfants, le frère de César agrandissent peu à peu le cercle, l’après-midi est douce, pleine d’attention à ce que dit chacun.
Au cinquième jour les vacances scolaires se terminent, l’école reprend. Liliane demande à pour assister au cours. Elle y restera une bonne heure. C’est cette courte visite qui déclenchera « crear escuela » : l’absence presque totale de matériels scolaires et éducatifs, la grande pauvreté des moyens pédagogiques, le désir manifeste des enfants d’apprendre. Nous en parlons avec Clarena, elle dit à Liliane qu’il faut qu’elle revienne pour faire l’école au moins quelques jours. Nous étions pris.

Portfolio

juillet 2020

La mort chez les Wayüu

Le cimetière d’une communauté Wayuu est le lieu fondateur de celle-ci, son identité. La (...)
octobre 2021

Les Wayüu en lutte pour la sauvegarde du territoire

Autrice : Sarah QUILLERE Dans Revue d’anthropologie des connaissances 2016/4 (Vol. 10, n° 4), (...)
mai 2020

Les conséquences du confinement dans la Guajira

"Ce ne sont pas seulement les enfants qui meurent de faim souvent, ce sont aussi les adultes." (...)
juin 2020

Vito Apushana, poète contemporain wayuu

Vito Apushana est Wayuu et poète. Il vit à la Guajira et à Bogota. Il écrit en langue wayuunaiki et (...)